Les "anti-chaussures": bonnes pour la santé ?

Connaissez-vous les "anti-chaussures" ?… Hé bien, moi non plus il y a encore peu de temps ! C’est un dimanche de février, sur le sympathique marché de Raspail (Paris), que j’ai fait leur connaissance. Comme dans tous les lieux publics, de jeunes gens distribuaient des tracts publicitaires. Et sur l’un d’eux, on pouvait lire : « Offrez-lui un cadeau original pour la Saint-Valentin : une paire de MBT pour transformer son quotidien ! »

Par MBT, entendez Masaï Barefoot Technology, des chaussures inventées par un Suisse et inspirées de la démarche du peuple masaï. Elles procureraient de nombreux avantages pour notre santé (amélioration des problèmes de genoux et de dos, soulagement des douleurs articulaires…). Ces chaussures, qui comportent une semelle arrondie et pas trop jolie (on dirait des chaussures à bascule), raffermiraient en plus les fesses et les cuisses (oui, vous avez bien lu…). Pourtant, leurs créateurs les décrivent comme des "anti-chaussures" (!) puisqu’elles sont complètement différentes des chaussures traditionnelles : une semelle courbe et non plate, une instabilité de celui qui la porte. De plus, elles activeraient les muscles au lieu de les soulager et auraient un effet positif sur l'ensemble du corps, et pas seulement le pied.

Alors info ou intox ? Pour en avoir le cœur net, j’ai contacté une équipe de podologues, des experts en la matière. Il semblerait que ces chaussures pourraient être relativement efficaces, mais à l'inverse, chez certaines personnes, elles pourraient provoquer des douleurs bien gênantes. En tout cas, autant vous prévenir : elles sont chères (environ 205 euros), mais il paraît que ça fait fureur un peu partout dans le monde et que c’est très tendance aux États-Unis ! Avis aux amateurs…
Pour voir à quoi elles ressemblent et obtenir des informations supplémentaires (notamment les points de vente), rendez-vous sur fr.mbt.com

par Dr Caroline Pombourcq

  • Publié: 06/02/2014 23:36
  • Par Mark Andris
  • 1979 vues
comments powered by Disqus