Pourquoi l’enfant n’aime pas perdre au jeu

Jusqu’à 8 ans, il est très fréquent qu’un enfant n’admette pas de perdre aux jeux de société.
Gros plan sur la table du casino : un papa, une maman, le fiston, et peut-être même un ou deux frères. Un jeu de cartes (la bataille ou Tutti Frutti), des règles qu’il prétend connaître, le tour de table commence, et l’enjeu devient capital pour lui. Il n’est pas encore en âge d’admettre une défaite au jeu car elle représente chez l’enfant de moins de 7 ans une régression inadmissible.

Jusque-là, l’enfant s’est développé avec l’idée de se rassembler, de devenir un individu à part entière, non éparpillé, stable et autonome. Perdre au jeu représente un danger de dislocation, c’est perdre une pièce ou un bout de soi, la partie qu’il doit maîtriser : fierté, orgueil et puissance.

Pour éviter de perdre, certains enfants, de mauvaise foi, en viennent même à tricher et modifient les règles du jeu à leur convenance. Ils veulent tout simplement ressembler aux adultes, par identification.

Ce moment passager dans leur enfance s’inscrit dans le développement normal de leur personnalité. Il ne faut surtout pas se braquer, et encore moins les obliger à reconnaître leur défaite. Pour vous, et pour eux surtout, ce cap est pénible à supporter. Disons qu’ils sont victimes de leur perfectionnisme.

Pour vous consoler, préféreriez-vous que votre enfant se traite de nul lorsqu’il perd ou qu’il veuille toujours "batailler" pour être gagnant ? Je sens, d’ici, que vous avez la bonne réponse.

par Harry Ifergan

  • Publié: 19/12/2013 04:54
  • Par Mark Andris
  • 2136 vues
comments powered by Disqus