Viagra

Viagra et l'obésité

Une première étude montre que des souris traitées au Viagra résistent à l’obésité

Des chercheurs de l’Université de Bonn ont découvert la voie de signalisation par laquelle le Viagra pourrait aider à lutter contre le surpoids.

Des chercheurs de l’Université de Bonn ont traité des souris avec du Viagra et ont fait une découverte stupéfiante : le médicament convertit les cellules non désirées de graisse blanche et pourrait ainsi avoir le potentiel de faire fondre la disgracieuse « bouée » autour de l’abdomen. De plus, la substance diminue également le risque d’autres complications liées à l’obésité. Les résultats sont publiés dans la revue The Journal of the Federation of American Societies for Experimental Biology.

Le Sildenafil – mieux connu sous le nom de Viagra – est utilisé pour traiter la dysfonction érectile. Cette substance empêche la dégradation de la guanosine monophosphate cyclique (cGMP), qui permet l’irrigation en sang du pénis afin d’avoir une érection. Mais un autre effet du Viagra a été mis en évidence il y déjà un certain temps – des souris ayant reçu du Sildenafil pendant de longues périodes se sont révélées immunisées contre l’obésité alors qu’elles étaient nourries avec un régime riche en graisse. Cependant, la cause de ce gain limité de poids n’était pas expliquée. Les chercheurs de l’Université de Bonn ont réussi à expliquer en partie cet effet du Sildenafil. « Cela faisait un moment que nous étudions les effets de cGMP sur les cellules de graisse, « explique le Professeur Dr Alexander Pfeifer, directeur de l’Institut de Pharmacologie et de Toxicologie de l’Université de Bonn. « C’est la raison pour laquelle le Sildenafil était potentiellement un candidat intéressant pour nous. »

Le Viagra convertit des cellules non désirées de graisse blanche en cellule de graisse brune

En collaboration avec le PharmaCenter de l’Université de Bonn, l’Institut fédéral allemand pour les médicaments et les instruments médicaux (BfArM) et l’Institut Max Planck de recherche cardiaque et pulmonaire, l’équipe menée par le Professeur Pfeifer a étudié l’effet du Sildenafil sur les cellules de graisse des souris. Les chercheurs ont administré du Viagra aux rongeurs pendant sept jours. « Les effets ont été assez stupéfiants, » explique le Dr Ana Kilic, l’une des collègues du Professeur Pfeifer. Chez les animaux, le Sildenafil a augmenté la conversion de la graisse blanche, que l’on trouve dans les zones à problèmes du corps humain, en graisse brune. « Les cellules de graisse brune brûlent l’énergie des aliments ingérés et la convertit en chaleur, » explique le Professeur Pfeifer. Comme les cellules de graisse brune peuvent « faire fondre la graisse » et donc combattre l’obésité, les chercheurs placent un grand espoir dans le potentiel de ces cellules.

Des effets positifs sur les réactions inflammatoires

En outre, les chercheurs ont observé un autre phénomène intéressant. Si les cellules de graisse blanche continuent à être alimentées et qu’elles accumulent les lipides, leur taille augmente et elles peuvent synthétiser et relâcher des hormones qui entraînent une inflammation, ce qui augmente le risque de maladies chroniques. De telles réactions inflammatoires peuvent causer à terme des maladies cardio-vasculaires entraînant des crises cardiaques, des infarctus ainsi que des cancers et des diabètes. « Il semble que le Sildenafil a empêché les cellules adipeuses de ces souris d’atteindre ce niveau critique, » explique le Professeur Pfeifer. De manière générale, le développement des cellules blanches semble plus sain.

Plus d’un demi milliard de personnes en surpoids dans le monde

À l’échelle mondiale, plus d’un demi milliard de personnes sont en surpoids. Les conclusions de cette étude sont des points de départ intéressants pour une étude plus approfondie de ce mécanisme. Selon le Professeur Pfeifer. « Le Sildenafil peut non seulement réduire les troubles de l’érection, mais il peut aussi réduire les risques d’être en surpoids. » Les chercheurs ont peut-être découvert un mécanisme permettant la conversion des cellules indésirables de graisse blanche en cellules « saines » de graisse brune qui « brûlent » les kilos en trop. En outre, il se peut que le Sildenafil diminue les complications liées à l’obésité. « Mais cela devra être démontré par des études plus approfondies, » ajoute le Dr Kilic.

Mise en garde contre une application prématurée

Malgré des données prometteuses, les chercheurs mettent le public en garde contre l’erreur qui consisterait à penser qu’avaler quelques comprimés de Sildenafil suffira à perdre les kilos en trop accumulés pendant les vacances. « Nous n’en sommes qu’au début du processus de recherche et les études existantes ont toutes été réalisées sur des souris uniquement » souligne le Professeur Pfeifer. Il faudra encore beaucoup de temps pour que des médicaments susceptibles de réduire les cellules de graisse blanche chez l’humain soient découverts.

  • Publié: 15/10/2013 12:35
  • Par Mark Andris
  • 151882 vues
comments powered by Disqus