Viagra

Utilisation Récréationnelle

L'utilisation récréationnelle d'un produit utilisé pour traiter les dysfonctions érectiles peut poser des risques chez certains individus.

Bien que les produits utilisés dans le traitement de la dysfonction sexuelle, tels que le sildénafil (le Viagra), le tadalafil (le Cialis) et le vardénafil (le Levitra), soient considérés comme sûrs, certaines personnes qui utilisent ces produits pour des raisons récréationnelles courent un risque plus élevé de contracter des infections sexuellement transmissibles, telles que le VIH. Lors d'une étude publiée par l'American Journal of Medicine, des chercheurs du Service de Santé Publique de San Francisco ont évalué 14 études concernant l'utilisation du sildénafil chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH).

Les utilisateurs de sildénafil avaient des rapports sexuels non protégés avec des partenaires dont le statut VIH était inconnu entre deux et six fois plus souvent que ceux qui n'utilisaient pas ce produit. Chez les hommes atteints du VIH ayant des rapports sexuels avec des hommes, un diagnostic d'infection sexuellement transmissible était deux fois plus probable s'ils prenaient également du sildénafil. Ceux qui avaient été infectés récemment avaient 2,5 fois plus de chance de prendre du sildénafil.

De plus, la moitié des utilisateurs prenaient du sildénafil avec d'autres médicaments ou d'autres substances pour augmenter l'expérience sexuelle. Une étude a aussi noté que 36 pour cent des utilisateurs de sildénafil prenaient d'autres substances y compris des métamphétamines (23 pour cent), de l'ecstasy (18 pour cent), des poppers (15 pour cent), de la kétamine (11 pour cent), et du GHB (8 pour cent). Une étude parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes qui ont visité des cliniques spécialisées dans les infections sexuellement transmissibles à San Francisco a découvert que le sildénafil était utilisé avec de l'ecstasy dans 43 pour cent des cas, avec des métamphétamines dans 28 pour cent des cas et avec de l'amyl nitrate dans 15 pour cent des cas.

Dans cet article, le Docteur Jeffrey D. Klausner suggère qu'«une action ciblée est nécessaire pour aborder ce problème de santé publique. Bien que nous n'ayons des preuves qu'avec le sildénafil, probablement parce que le tadalafil et le vardénafil ont été approuvés après le sildénafil, il faudrait que la recherche se concentre sur les trois inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5, étant donné que les observations concernant le sildénafil seront probablement identiques à celles recueillies avec les autres inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5.

Il faudrait que l'emballage des inhibiteurs de la phosphodiestérase soient modifiés pour informer les utilisateurs qu'ils sont à des risques plus élevés en ce qui concerne les infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH. Il faudrait que des programmes d'éducation, visant en particulier les médecins, les HSH et les utilisateurs de métamphétamines, soient mis en place pour donner davantage de renseignements en ce qui concerne l'utilisation de ces produits et leur association avec les infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH.»

Dans un éditorial accompagnant l'article, le Docteur Joseph S. Alpert de l'University of Arizona Health Sciences Center à Tucson déclare que ce qui l'inquiète, ce sont les conséquences sur la santé publique du sildénafil et des médicaments similaires lorsqu'ils sont abusés ou pris à des fins récréationnelles ou avec des drogues illégales. Il cite un récent article publié dans le Lancet dans lequel des chercheurs de l'Université Rockefeller ont présenté un patient qui avait été diagnostiqué avec un nouveau sous-type de VIH qui était beaucoup plus virulent et progressait plus rapidement vers le SIDA que les autres sous-types rencontrés jusqu'à présent.

Le Docteur Alpert note que «ce patient avait abusé à la fois du sildénafil et des métamphétamines. La question qui m'est venue immédiatement à l'esprit était la suivante: quel effet l'abus combiné de ces drogues et des ces médicaments a-t-il eu sur le patient? Est-ce que cela pourrait avoir causé le développement d'un mutant VIH extrêmement virulent? Est-ce que cette combinaison de drogues et de médicaments augmente les chances de transmission d'infections sexuellement transmissibles et/ou de rapports sexuels non protégés? Le Docteur Alpert se demande également si le risque d'infections sexuellement transmissibles et de rapports sexuels non protégés augmente aussi chez les hommes hétérosexuels qui prennent du sildénafil. Il souligne le besoin de développer de nouvelles campagnes destinées à informer les docteurs et les patients. Il encourage également les chercheurs à conduire de nouvelles études sur les implications multiples qui sont associées à l'abus du sildénafil.

  • Publié: 16/10/2013 15:15
  • Par Mark Andris
  • 1943 vues
comments powered by Disqus