La Plupart Des Hommes Ayant Des Troubles de l’Érection Ne Semblent Pas Recevoir de Traitement

La Plupart Des Hommes Ayant Des Troubles de l’Érection Ne Semblent Pas Recevoir de Traitement
La Plupart Des Hommes Ayant Des Troubles de l’Érection Ne Semblent Pas Recevoir de Traitement

Qu’importe les publicités où des hommes discutent librement de leurs troubles de l’érection avec leur médecin, reçoivent une prescription pour un traitement, se rendent à la pharmacie et se préparent pour une soirée romantique.

D’après une étude récente, la plupart des hommes souffrant de troubles de l’érection (TE) or dysfonction érectile (DE) ne sont pas traités malgré la grande diversité de traitements existants.

De façon générale les traitements des DE sont sous-utilisés, affirme le Dr. Brian Helfand, médecin professeur assistant en urologie à la Northshore University Health System et à l’Université de Chicago. Seuls 25 pourcent des hommes suivent un traitement.

Helfand a dirigé l’étude qui s’est intéressée aux archives médicales de plus de 6 millions d’hommes ayant été diagnostiqués pour des DE. Il est censé présenter ses résultats lundi au congrès annuel de l’American Urological Association à San Diego.

L’étude a été financée par la Havana Day Dreamers Foundation (qui soutient la santé des hommes), le Goldstein Fund du Male Pelvic Health et le SIU Urology Endowment Fund. Helfand a utilisé une base de données sur les demandes de remboursement d’assurance maladie et a recherché le code des troubles de l’érection de juin 2010 à juillet 2011. Il a réussi à identifier 6,2 millions d’hommes âgés d’au moins 30 ans ayant été diagnostiqués pour des troubles de l’érection. Le TE est défini comme l’incapacité à maintenir une érection suffisante pour permettre un rapport sexuel.

Il s’est ensuite intéressé au nombre de prescriptions. Les patients furent considérés comme suivant un traitement lorsqu’ils avaient reçu une prescription pour des dysfonctionnements érectiles tels que du Viagra (sildénafil) ou du Cialis (tadalafil), des médicaments connus sous le nom de prostaglandines reçus sous forme d’injections ou de suppositoires urétraux, ou des substituts d’androgène (hormone).

Les patients furent considérés comme ne suivant pas de traitement s’ils avaient été diagnostiqués pour des dysfonctionnements érectiles mais n’avaient reçu aucune prescription. Il prit également en compte l’âge des hommes et leurs éventuels problèmes de santé. Bien que les troubles de l’érection soient susceptibles de devenir plus courants avec l’âge, il se rendit compte que les hommes âgés ne recevaient pas tant de traitements que cela. Seuls 18 pourcent des hommes âgés de plus de 65 ans recevaient un traitement.

Lorsque Helfand regarda de plus près quel effet le fait d’avoir d’autres maladies pouvait avoir sur le traitement, il se rendit comte que les patients atteints d’un cancer de la prostate recevaient moins de traitement. Seuls 15 pourcent d’entre eux en suivaient un.

L’étude ne fournissait aucune information sur la raison pour laquelle ces hommes ne suivaient pas de traitement. Mais il avança qu’il y avait sûrement un certain nombre de raisons à cela.

D’après Helfand, l’absence de traitement est probablement due au fait que le médecin n’a pas proposé de prescription ou que le patient a bien reçu une prescription mais n’a pas été la chercher à la pharmacie.

Cela ne dérange pas certains hommes", dit-il. Ou bien peut-être que le médecin n’a pas fait de prescription car d’après lui le patient n’est pas un bon candidat, ou peut-être que ce dernier n’a pas répondu positivement à un tel traitement par le passé.

Le prix et la gêne peuvent d’être d’autres explications valables.

D’après Helfand, le message est le suivant: Il existe des thérapies. Elles peuvent s’avérer utiles si vous souffrez de DE.

Un expert externe ayant examiné l’étude arriva à la conclusion qu’il n’était pas convaincu que cela était bien représentatif de la réalité.

Arriver à la conclusion à partir de cette étude que les trois quarts des hommes diagnostiqués pour des TE ne reçoivent pas de traitements ne correspond pas avec ce que nous voyons dans nos pratiques cliniques, affirme Dr. Jacob Rajfer, professeur d’urologie à la David Geffen School of Medicine de l’Université de Californie à Los Angeles.

Pour déterminer combien d’hommes reçoivent un traitement ou pas, vous devez le leur demander, déclare Rajfer.

Il se peut que les hommes se rendent à la pharmacie, voient le prix du médicament et décident de se le procurer en dehors du pays pour économiser de l’argent, ou bien l’achètent par correspondance, déclare Rajfer.

Un autre expert souligne qu’un certain nombre de facteurs peuvent limiter l’accès des hommes à ces médicaments.

Le prix peut-être réellement dissuasif, déclare Dr. Ajay Nangia, médecin professeur assistant en urologie au University of Kansas Medical Center. Ces résultats lui parlent.

Les prix sont variables. On peut trouver certaines pilules pour les troubles érectiles à 4$ la pilule.

Il devient de plus en plus facile de parler de ce genre de problème, affirme Nangia. Mais certains hommes sont encore terriblement gênés.

L’Associated Press a rapporté lundi que le fabricant de médicaments Pfizer se propose de vendre en ligne directement aux patients détenteurs d’une prescription, ceci afin de lutter contre les contrefaçons du Viagra que l’on peut obtenir sur internet.

Cette nouvelle étude ayant été présentée lors d’un congrès médical, les données et les conclusions en découlant devraient considérées comme étant préliminaires jusqu’à ce qu’elles soient publiées dans un journal scientifique officiel.

Laissez un commentaire

comments powered by Disqus


Catégories