Un père absent, et tout est dépeuplé

Faut-il vraiment expliquer combien la présence d’un père est fondamentale pour la constitution de la personnalité d’un enfant ? Le père représente la force, la loi, la sécurité, mais aussi l’affection, celui qui encourage, celui qui permet de se sentir fier et fort : le tremplin pour réussir certaines épreuves (scolaires, sportives, etc.). Or, en France, on privilégie encore trop le temps passé au travail plutôt que celui passé avec ses enfants. Beaucoup ne voient leur père que pendant le week-end. Certains ont la chance d’être accompagnés à l’école par leur papa, mais bien peu peuvent se vanter de le trouver à la maison vers 18 h…

Lorsqu’un père est absent du foyer (mission professionnelle, convalescence, divorce), certains enfants dorment mal, ils ont peur de rester dans le noir car la présence du père suffit parfois à rassurer à l’heure du coucher. De même, quand un enfant perd confiance, on sait combien un encouragement du papa l'aide à "se sentir accompagné" à un examen ou une compétition sportive, à affronter certains camarades redoutables. Le père, en tant que modèle identificatoire, représente un tuteur sur lequel le garçon s’adosse durant plusieurs années. Pour se projeter dans un devenir d’adulte, l’enfant a besoin de la part complémentaire de sa mère : son père.
 
Pères, deux astuces pour limiter votre absence :
1. Procurez-vous quelques livres d’enfants en double et gardez-en un exemplaire au bureau. À l’heure de l’histoire du soir, téléphonez à votre enfant et lisez-lui son histoire favorite.
2. Promettez-lui que, même si vous arrivez tard, vous lui ferez son "bisou du soir", pendant qu’il dort. Le lendemain matin, pensez à lui en parler.

par Dr Harry Ifergan

  • Publié: 24/01/2014 02:26
  • Par Mark Andris
  • 2153 vues
comments powered by Disqus