Le forceps : à quoi sert-il ?

Dans l’esprit populaire, le forceps reste un instrument d’un autre temps. Pourtant, il est bel et bien encore utilisé couramment.

Il existe plusieurs types de forceps et le médecin choisit le plus approprié à la situation. Le forceps se compose de deux larges cuillères appliquées de chaque côté de la tête du bébé. Sa fonction est de guider la tête du bébé dans la filière pelvienne au moment des efforts expulsifs pour permettre la naissance.
Il ne peut être pratiqué que lorsque la tête du bébé est accessible, donc engagée dans le bassin de la maman. Seul le médecin est habilité à effectuer ce geste. C’est donc lui qui prend la décision d’un accouchement par les voies naturelles ou non.

Dans quel cas faut-il utiliser le forceps ?
On utilise principalement le forceps lorsque surviennent ce que l’on appelle des anomalies du rythme cardiaque fœtal. Ce sont des signes d’appel détectés par le monitoring fœtal qui mettent en évidence une altération dans le bien-être du bébé. Ces signes obligent à une expulsion plus rapide et, si le bébé ne naît toujours pas malgré les efforts expulsifs de la maman, il faudra alors se préparer à une naissance par forceps.

Une expulsion prolongée représente le deuxième cas le plus fréquent d’utilisation du forceps. En général, au moment de l’expulsion, la maman pousse durant trente minutes au maximum pour la naissance de son bébé (avec bien sûr des moments de répit entre les contractions). Au-delà de ce délai, si le bébé reste "bloqué" dans le bassin malgré tous les efforts maternels, cela nécessitera l’aide du médecin par l’intermédiaire du forceps.

En cas de très forte myopie et après avis d’un ophtalmologiste, il faut limiter les efforts expulsifs pour la maman. En effet, la pression lors de la poussée peut altérer sa vision. La maman est souvent avertie pendant la grossesse de la possibilité d’un forceps au moment de l’accouchement pour éviter un retentissement sur ses yeux.

  • Publié: 25/12/2013 19:59
  • Par Mark Andris
  • 2188 vues
comments powered by Disqus