Rhinites

Rhinites
Rhinites

Définition

C'est au nez qu'incombe la première résistance de l'organisme. Aussi comprend-on qu'il puisse facilement s'obstruer ou être le siège d'une irritation avec écoulement réactionnel.

Que faire ?

Nez bouché :

  • Instillation de sérum physiologique ou d'eau de mer diluée ou d'huile goménolée.
  • Inhalations d'essences balsamiques (Terpineol. Menthol).
  • Pulvérisations de vasoconstricteurs comme la pseudo-éphedrine ou la fenoxazoline ou d'anti-inflammatoires à base de cortisoone.
  • Prendre par voie buccale des comprimés ou du sirop de préparations décongestionnantes par effet de vasoconstriction généralle.

Nez qui coule :

  • Les mêmes préparations vasoconstrictives ou anti-inflammatoires que ci-dessus sont utilisables.
  • Pulvérisations de solutés à base de soufre ou d'essences balsamiques.

Symptômes

Si le nez est "bouché", cela correspond à un gonflement des muqueuses nasales avec plus ou moins de mucosités qui, ne parveenant pas à s'évacuer, gagnent l'arrière-gorge. D'où crachotements et efforts d'expectoration, extrêmement difficiles chez l'enfant.

Si le nez "coule" avec un liquide clair comme de l'eau, s'accompagnant d'éternuements et de picotements à la gorge ou parffois même de larmoiements, cela signe une réaction de type allergique. Un liquide épais, visqueux et plus encore purulent, correspond à une infection, avec maux de tête ou douleurs faciales. Une sinusite frontale ou maxillaire est alors à craindre.

Conseils pratiques

  • Apprendre à bien se moucher : dégager d'abord une narine en maintenant l'autre fermée et vice-versa.
  • Prendre garde aux vasoconstricteurs en pulvérisations. Ils peuvent provoquer des insomnies, des maux de tête, des palpitatiions et, par accoutumance, une aggravation des obstructions nasales.
  • Tous les vasoconstricteurs à usage nasal sont formellement contre-indiqués avant l'âge de 6 ans et chez les sujets hyperteendus.

Laissez un commentaire

comments powered by Disqus

Rubriques


Catégories