Auteur Sujet: Hérédité cancer?  (Lu 3790 fois)

Octobre 14, 2013, 13:32:46
Lu 3790 fois

centizen

  • *
  • Information Hors ligne
  • Newbie
  • Messages: 4
 Bonjour,

je vis actuellement un passage difficile (hernie discale et dépression) où je me pose beaucoup de questions.

J'ai aujourd'hui (26 ans, j'en aurai 27 au mois de Juillet).

Mon père est décédé l'année de mes 11 ans d'un cancer du pancréas. Je vais jusqu'à m'imaginer et me torturer l'esprit que j'ai des risques ou bien que je vais etre malade moi aussi.

En évoquant cet état de fait avec mon généraliste, celui-ci me répond que le cancer n'est pas héréditaire chez les hommes (mais en revanche chez les femmes oui).

Je pense qu'on peut se fier à l'avis de son généraliste, mais j'aimerai bien en vair confirmation et de plus savoir s'il est dont tout à fait inutile d'envisager une écographie ou une irm de controle?



Merci par avance de votre réponse.

Et bonne journée.

Octobre 17, 2013, 18:40:29
Réponse #1

dlgloeckner1

  • *
  • Information Hors ligne
  • Newbie
  • Messages: 4
 Bonjour,

Le cancer du pancréas n'est pas réputé héréditaire. Des doutes existent sur un possible lien avec des gènes prédisposant aux cancers du sein et de l'ovaire : je pense donc que c'est pour cela que votre généraliste parle de risque plus important chez les femmes ... Il n'y a donc pas lieu de faire des examens du pancréas ...

En revanche, les liens entre problème de dos et dépression, eux, sont bien connus. La priorité est donc de régler cette histoire de mal de dos qui a l'air de vous empoisonner la vie. Où en êtes-vous de ce côté ? Etes-vous gêné au point de limiter vos activités quotidiennes et professionnelles ou votre hernie vous laisse-t-elle un peu de répit ? Si c'est le cas, profitez-en pour apprendre les positions à adopter (et celles à éviter) au quotidien pour préserver votre colonne. Vous pouvez apprendre ces gestes avec un kiné ou lire l'article consacré à ce sujet sur le site www.ameli-sante.fr (www.ameli-sante.fr/muscles-et-squelette/lombalgie-commune-aigue/prevenir-la-lombalgie-commune-aigue-en-prenant-de-bonnes-habitudes/les-bonnes-positions-au-quotidien.html).

Bonne journée, Nathalie

Octobre 27, 2013, 06:38:51
Réponse #2

southernbadger

  • *
  • Information Hors ligne
  • Newbie
  • Messages: 5
 Bonjour, tout d'abord merci pour cette réponse qui calme l'une de mes angoisses.

Ensuite, je voudrai rajouter une chose: je crois que si je rumine toutes ces choses en fait, c'est que ma mère vient tout juste de se faire opérer du cancer du sein et va subir quelques séances de chimiothérapie et radiotherapie. Cela fait remonter en moi toute la souffrance du décés de mon père, ça a été un véritable flash-back puis toutes les questions et les films quio ont suivi.

Considérez vous donc toujours vu les antécédents qu'il n'est pas nécessaire d'imaginer un dépistage?



(je me pose en fait cette question car pour le sein, ma mère est donc en train de se battre avec se cancer... et ma grand-mere du coté de ma mere l'a eu également). Bref, tous ces éléments combinés en ce moment font certainement que je me pose de mauvaises questions, mais j'avoue que je ne suis pas serein en ce moment alors que d'habitude, je suis plutot quelqu'un de calme qui fait face.



Ensuite, en ce qui concerne mon dos, le scanner a montré une hernie discale volumineuse en L4 L5.

Pour vous refaire rapidement l'historique, je me suis bloqué trois fois le dos entre aout et septembre 2010 (deux fois les lombaires et une fois le sachrum). Puis les douleurs ont passé en commençant la kiné (méthode meyzières) qui m'ont soulagé au départ. Puis ayant à soulever des charges lourdes dans mon emploi, je crois que c'est ce qui a provoqué la réparation de douleurs dans un premier temps sous forme de tiraillements si vous voulez qui revenaient et s'en allaient puis revenaient de plus en plus aigues jusqu'à de nouvelles crises de blocage surviennent. J'ai d'abord refait une lombalgie invalidente mi-décembre, suite à quoi l'un des médecins généraliste du cabinet médical où je suis suivi m'a donné seulement 3 jours d'arret alors je suis retourné travaillé (je n'avai pas encore passer le sacanner dont le rende-vous été pris pour le 6 janvier). Et puis j'ai tenu seulement une semaine et deux jours, et j'ai refait une nouvelle crise où j'ai été complétement bloqué des cervicales jusqu'au bas du dos (diagnostic du médecin lomblagie invalidente).

Donc le médecin a changé de traitement (anti-inflammatoires au départ), puis est passé au traitement sous corticoide et décontractant. Je pense que c'est la cortisone, mais il a beaucoup d'effets indésirables, je n'ai plus que 5 jours de traitement, et je veux plus en réprendre vu la façon dont cela me travaille. Mais j'évolue tout doucement dans un sens positif j'ai l'impression mais à tout petits pas. Maintenant (avec la kiné uniquement prescritpion 15 séances réducation du rachis lonbaire et gestes et postures à visée uniquement décontractante pour le moment), je commence à me sentir mieux, je peux rester plus longtemps assis comme 2 heures par exemple ce matin et tout doucement recommencer à marcher (mais distance très faible)... et puis la fatigue surtout le soir fait quand meme repartir parfois je ne dirai pas tout à fait une douleur mais un bon tiraillement si je peux m'exprimer ainsi. Dc pour éviter toute rechute, il n'est pas rare que je me réallonge une fois ou deux à raison d'une heure voir plus dans la journée (une fois le matin, une fois ou deux l'après-midi), est ce une bonne solution? je n'en suis pas convaincu et puis cette dépression me fausse peut-etre aussi mes sensations?

Les kinés m'ont bien appris quelques gestes mais seulement pour se coucher, se relever, et se baisser, ce qui fait un peu maiger je trouve.



Dc pour en revenir au concret, je suis jusqu'à mardi qui vient en arret de travail.

Je dois aller chez le rhumatologue ce samedi pour voir si d'après le scanner une infiltration est nécessaire et discuter profil de poste.

Je suis un peu effrayé par ce rendez-vous car ayant déja eu de la cortisone a haute dose, je suis inquiet au sujet d'une infiltration (qui est bien de la cortisone a haute dose si je ne m'abuse).

Après j'appréhende aussi ce rendez-vous par rapport au profil de poste, car je suis en CDD et pour le moment je sais mon employeur suffisament intelligent pour m'attendre mais, je me mets à sa place, il n'attendra peut-etre pas éternellement.

Bref, je veux dire par la que je suis responsable d'un service de l'eau donc il y a bcp de terrain. Je pense que dans un premier temps, il me parait meme difficile à l'heure actuelle de rester toute une journée assis et quand je pourrai, je crois que c'est difficilement conciliable avec mon emploi.

J'estime qu'il faudrait que je puisse faire un minimum de voiture et marcher un minimum sans rique de rechute pour pouvoir reprendre. Ca me parait vraiment tres difficile à évaluer et si d'un coté j'aime mon travail et que j'ai envie d'y retourner, je ne veux pas riquer une rechute, ce qui m'obligerait à repartir d'encore plus loin pour gagner le peu que j'ai acquis en un mois.

A lors je ne sais plus trop quoi penser, j'ai eu l'impression que le médecin aurait hésité à me renvoyé si je n'étai pas également en depression. Et je ne sais que faire ou dire, ne faudrait il pas me protéger dans le contexte actuel? enfin moi je voudrai reprendre mais quand je serai sur d'en etre capable et aujourd'hui, ce n'est pas le cas...

De plus, je suis actuellement rentré chez ma mere pendant ma convalescence. J'ai un appartement à une cinquantaine de kilometres du domicile familial (où je rentre en général le week(end). Repartir au travail signifierait faire ce trajet de temps en temps pour revenir soutenir ma mere, porter mon sac de vetement pour la semaine (ça parait tout bete, mais vis seul la semaine et meme si j'achete un sac à roulettes, il faut bien le soulever pour le mettre dans la voiture...comment faire?), plus un trajet en voiture de 15 minutes en voiture aller pour rejoindre mon lieu de travail (2 aller-retours/jour), plus un minimum de voiture pour mon activité professionnelle assez variable, plus un peu de marche...J'ai peur avec tout ça  de relancer des crises.





Dc pour en finir je vois ce rhumatologue et je refais ensuite le point avec mon généraliste.

Et il faudra également prendre un avis chez le neurochirurgien.



J'ai aussi quelques grains de beauté qui m'inquitent un peu, que je vais montrer au généraliste et la suite logique sera certainement le dermathologue. Mais je suis suffisamment lucide pour comprendre que pour l'instant mon pronostic vital n'est pas engagé. Mais toutes ces chose mises les unes derriere les autres notamment le fait d'imaginer ma mère partir (alors que le généraliste et les spécialistes paraissent plutot confiants) tournent en permanence dans ma tete. Plus ma soeur qui est handicapée (heureusement en accueil de jour en  centre pour adulte). Et moi je ne peux pas faire grand chose avec ma hernie, ce qui augmente mon sentiment de culpabilité et puis j'ai l'impression de me retrouver ce petit garçon de 11 ans sans arme pour se défendre.

Meme si après le décès de mon père, je me suis refermé sur moi-meme, j'arrivai à penser à des lendemains meilleurs. Aujourd'hui j'essaie de me dire qu'il y aura aussi de bons moments mais à chaque fois une de ses idées (perte de ma mere, maladie imaginaire pour moi-meme, perte de mon emploi alors que j'ai trouvé une situation professionnelle qui me plait...) me revient en tete. Ca s'arrange tout  deoucement mais la moindre petite contrariété m'atteind (alors que d'habitude j'arrive globalement à avancer)... je m'étai promis à la mort de mon pere d'essayer de toujours avancer car la vie est trop courte, mais aujourd'hui j'ai parfois l'impression que je n'ai plus cette force d'avancer.  Il faut que j'arrive à me réveiller pour les personnes qui sont autour de moi. Et parce que je sais que je suis entrain de me bousiller ma vie, mais j'avoue avoir beaucoup de mal à positiver.



Je m'excuse pour toutes ces idées désordonnées.

Je serai heureux d'avoir votre avis sur un maximum de ces idées (et puis ça fait toujours du bien d'en parler et j'essaie de le faire avec les personnes appropriées).



Merci encore.

Bonne journée.


Novembre 03, 2013, 10:09:06
Réponse #3

mariedonna87

  • *
  • Information Hors ligne
  • Newbie
  • Messages: 5
 Bonsoir, je voudrai rajouter quelque chose à mon message de ce matin, ça me fait du bien d'extérioriser tout ça.

Cette après-midi s'est bien passée car j'ai pu faire un petit quelque chose pour le travail qui m'a occupé l'esprit.

Je retombe ce soir dans mes travers: j'ai peur, je pense à la maladie et à la mort et j'arrive meme à me le répéter dans ma tete.

De plus je suis tendu , pas seulement psychologiquement, et aucune douleur vive mais j'ai des picottement et démengeaisons qui changent un peu d'endroits suivants les moments, ce sont les effets de la cortisone je suppose? J'étai un peu moins sensible aujourd'hui mais un petit rien m'énerve.



J'ai peur de communiquer ce stress à ma mere.

J'ai peur aussi de me rendre malade à force de stresser et d'avoir toutes ces pensées noires. ???

Parfois, quand je suis vraiment avec l'esprit occupé , ça va mieux. Mais ça repart vide, j'ai du mal à imaginer demain. Je sens qu'un petit grain de sable peut me faire chavirer.

Comment faire pour me sortir de la (j'en ai parlé à mon médecin qui m'a donné un traitement et m'a dit qu'un psy n'était pas nécessaire pour le moment car j'étai lucide et que je savai tres bien d'où venait toutes ces inquiétudes)... par moment, je me trouve bete, meme honteux d'avoir ces pensées, mais je veux m'en sortir, mais je lutte.

Novembre 05, 2013, 00:46:07
Réponse #4

mussolisa

  • *
  • Information Hors ligne
  • Newbie
  • Messages: 4
 Je suis allé chez le rhumatologue ce matin avec un ami, ce qui m'a bien changé les esprits.

Il ne considère pas nécessaire de faire des infiltrations.

Il dit qu'il faut prendre dans rendez-vous dans un mois chez un rhumatologue hospitalier et voir l'évolution dans un mois... pour éventuellement me faire rentrer une semaine ou deux dans son service et évaluer mes possibilités d'une reprise éventuelle du travail. Qu'en pensez vous?

Je dois retrouner mercredi chez le généraliste pour faire le point.



Le rhumatologue pour cette prochaine visite m'a prescrit une radio alors que j'ai déja un scanner, qu'en pensez vous?



de plus, il me prescrit de nouveaux décontractants pour le soir, n'est ce pas dangereux d'accumuler les médicaments?



J'ai eu l'esprit occupé ce matin mais du coup mes idées noires et mes peurs me reviennent des mon retour chez moi, j'arrive pour l'instant à les maitriser un petit peu...

Novembre 11, 2013, 12:15:19
Réponse #5

markrmonaco

  • *
  • Information Hors ligne
  • Newbie
  • Messages: 1
 Bonjour,

Je viens de livre vos témoignages et j'ai une réaction. Je pense que vous avez été très marqué par le décès de votre père, ce qui est bien normal à 11 ans. Du coup, vous traînez des angoisses liées à la maladie et la mort depuis, angoisses qui vous gâchent la vie en partie. Un travail de thérapie de courte durée vous aiderait ENORMÉMENT. Je vous conseillerais de faire quelques séances d'EMDR sur le décès de votre père pour vous permettre de digérer ce qui a été le plus difficile...

Vous pouvez trouver trouver les coordonnées d'un praticien sur le site EMDR.org

Cordialement

Novembre 18, 2013, 17:20:44
Réponse #6

hongkongwillie

  • *
  • Information Hors ligne
  • Newbie
  • Messages: 8
 Bonjour, Je vous conseille de lire le fameux livre sur le cancer de David Servan Shreiber (Anticancer), il vous éclairera sur les facteurs de risques et facteurs de prévention active du cancer. Vraiment très interessant pour comprendre et agir proactivement et positivement pour se protéger.