JeanMann - Le Magazine de la Santé Le Magazine de la santé

Quand l'absence de plaisir sexuel féminin a une cause physiologique...

Frigidité : les origines physiologiques

Certaines maladies en cause

  • En cas de panne sexuelle durable, consultez tout d'abord votre gynécologue. Au cours de la consultation (interrogatoire détaillé, examen clinique et gynécologique), il recherchera une éventuelle cause organique à l'absence de plaisir. Si aucune raison physiologique ne peut être incriminée, il vous orientera vers un sexothérapeute.
  • Il arrive qu'une baisse de libido soit liée à la survenue d'une maladie bien précise comme une hypothyroïdie, un diabète, une maladie rénale ou des modifications hormonales. Des examens complémentaires permettent d'établir un diagnostic.
  • De même, certaines affections neurologiques comme une sclérose en plaques ou une paraplégie ont un retentissement sur la libido.
  • Par ailleurs, la baisse de désir et de plaisir sexuel peut être liée à la consommation d'alcool ou à la prise de médicaments antihypertenseurs ou de tranquillisants.

Vous ne souffrez apparemment d'aucun trouble particulier

Un avis médical n'est pourtant pas superflu, surtout si la frigidité s'accompagne de phénomènes douleureux, car l'examen peut révéler un problème que vous ne soupçonniez pas.

  • Une infection urogénitale peut parasiter le plaisir.
  • Une sécheresse vaginale liée à une baisse de sécrétion hormonale (surtout vers l'âge de 45 ans) peut rendre les rapports plus difficiles sans que le désir de la femme n'entre en compte.
  • Les muscles du périnée peuvent se relâcher à la suite de grossesses répétées ou d'un accouchement récent : la réduction du contact entre pénis et parois vaginales appauvrit le plaisir de la femme.
  • Une endométriose ou une cicatrice consécutive à un accouchement peuvent rendre les rapports douloureux.
  • Toujours après l'accouchement, il n'est pas rare que, pendant quelque temps, la jeune mère éprouve moins de plaisir et plus de douleur en raison d'une lubrification vaginale insuffisante.
  • Le vaginisme, qui se manifeste par des contractions involontaires des muscles vaginaux, peut entraver tout rapport sexuel.

Lorsque les corps spongieux sont endommagés

  • Pour que la femme accède au plaisir, il est nécessaire que ses organes génitaux répondent à la phase d'excitation. Certaines atteintes de l'intégrité génitale peuvent entraver la libido féminine.
  • Il arrive que l'épisiotomie réalisée lors de l'accouchement entraîne une altération des corps spongieux. Le clitoris et la paroi interne du vagin ne se gorgeant plus de sang, la femme ressent moins de plaisir et sa capacité d'orgasme diminue.
  • De même, certaines femmes qui ont subi une intervention chirurgicale du bassin peuvent également voir leur plaisir diminuer par lésion des corps spongieux.

Quand l'explication est ailleurs...

S'ils ne sont pas toujours en cause, les facteurs psychologiques gardent néanmoins toute leur importance : une sévère fatigue, une dépression ou des troubles affectifs peuvent perturber la libido.
Si la panne s'intalle de manière durable, parlez-en ! Ne vous enfermez pas dans le cercle vicieux "absence de plaisir-angoisse-simulation". Avec l'aide de votre partenaire ou de votre médecin, vous réussirez à résoudre votre problème.

comments powered by Disqus
Aller au haut de la page