JeanMann - Le Magazine de la Santé Le Magazine de la santé

Utilisations thérapeutiques des glucocorticoïdes

I. Traitements de substitution

Le cortex surrenalien produit un glucocorticoide, le cortisol (hydrocortisone) et un minéralocorticoide, l'aldostérone. Ces deux hormones stéroïdes sont d'un intérêt vital pour l'adaptation à des situations difficiles comme par exemple une maladie ou une opération. Le stimulus pour la sécrétion de cortisol est l'ACTH hypophysaire et pour l'aldostérone principalement l'angiotensine II. En cas de dysfonctionnement du cortex surrenalien {insuffisance primaire de la glande surrénale, maladie d'Addison) ce sont le cortisol et l'aldostérone qu'il faut remplacer, dans le cas d'une production insuffisante d'ACTH par l'hypophyse (insuffisance surrénalienne secondaire) seul le cortisol doit être remplacé. Le cortisol est actif par voie orale (30 mg/j 2/3 le matin et 1/3 l'après-midi). Dans des situations difficiles, la dose sera augmentée d'environ 5 à 10 fois. L'aldostérone, peu active par voie orale, sera remplacée par le fludrocortisone(0,l mg/j).

II. Traitement pharmacodynamique par les glucocorticoïdes

A concentrations élevées, supraphysiologiques, le cortisol et les autres glucocorticoïdes suppriment toutes les phases (exsudation, prolifération, cicatrisation) de la reaction inflammatoire, c'est-à-dire du mode de défense de l'organisme contre les corps étrangers ou irritants. Cette action repose sur une multitude de composantes dont la caractéristique commune est une modulation de la transcription de gènes. C'est ainsi que sera stimulée la synthèse d'une protéine, la lipocortine (annexine), qui inhibe la phospholipase A2, réduisant ainsi la libération d'acide arachidonique à partir des phospholipides membranaires et donc la formation des médiateurs lipidiques de l'inflammation, prostaglandines et leucotriènes. Les glucocorticoïdes diminuent également la synthèse d'une série de protéines importantes pour les phénomènes inflammatoires, par ex. les interieukines et d'autres cytokines, la phospholipase A2, la cyclooxygénase 2. A très fortes concentrations peuvent ans apparaître des effets non gmomiques.

Effet souhaité

Les glucocorticoïdes sont remarquablement actif comme agents anti-allergiques immunosuppresseurs et antiphlogistiques dans les réactions inflammatoires exagérées ou chroniques telles l'allergie la polyarthrith rhumatoide ou d'autres.

Effets indésirables

Lors d'une administration brève, les glucocorticoïdes même à doses élevées, ne présentent pratiquement aucun effet secondaire.

Au cours d'une administration à long terme, ils entraînent des altérations qui sont proches de celles observées dans le syndrome de Cushing (surproduction endogène de cortisol). Conséquence des propriétés anti-inflammatoires : tendance à l'infection, altération des processus de cicatrisation. Conséquence de l'activité glucocorticoïde exagérée : a) augmentation de la néoglucogenèse et de la libération de glucose, sous l'action de l'insuline transformation du glucose en triglycérides (dépôt adipeux : visage lunaire, épaississement du tronc, « cou de buffle »), en cas d'augmentation insuffisante de la sécrétion d'insuline « diabète stéroïdien » ; b) dégradation accrue des protéines (catabolisme protéique) avec atrophie des muscles squelettiques (finesse des extrémités), ostéoporose, troubles de croissance chez l'enfant, atrophie cutanée. Conséquence de l'activité minéralocorticoïde du cortisol, faible en temps normal mais maintenant augmentée : rétention d'eau et de NaCl, augmentation de la pression artérielle, formation d'œdème ; perte de KC1 avec risque d'hypokaliémie.

comments powered by Disqus
Aller au haut de la page